Le Top 10 des dribbleurs européens de la décennie

source: rmcsport.bfmtv.com

Que font les analystes vidéo quand il n'y a plus de matches à analyser?

Si l’art du dribble est par définition subjectif, les chiffres, eux, permettent de dresser une liste de spécialistes en la matière au cours de la dernière décennie dans les compétitions majeures. Sans pour autant être des révolutionnaires du genre, comme ont pu l’être les Cruyff, Maradona ou Zidane, ces joueurs ont tous cette capacité singulière à se sortir des situations les plus complexes, à faire la différence par eux-mêmes mais dans l’intérêt de l’équipe. Et dont les profils sont aussi nombreux que la variété de dribbles.

Résumer Arjen Robben a un seul dribble serait réducteur. Mais comment ne pas penser à sa spéciale à l’évocation de son nom? Son célèbre "débordement côté droit-crochet pour repiquer dans l’axe-frappe enroulée du gauche". Un geste qui a contribué à sa notoriété et qu’il a multiplié, tout en conservant sa redoutable efficacité. Le seul joueur de la liste qui n’est plus en activité compte désormais l’apprendre à son fils Kai, âgé de 8 ans.

Dans ce Top 10, il n’est certes pas celui qui dribble le plus, mais celui qui affiche le plus haut taux de réussite. Jamais aussi à l’aise que sur le côté gauche de l’attaque, l’ex-Lillois est le plus efficace à ce niveau, lui permettant d’afficher, au fil des saisons, des totaux de buts et de passes décisives très proches et souvent à 2 chiffres. Un profil apprécié par son entraîneur au Real Madrid, Zinedine Zidane, lui aussi à l’aise dans l’exercice.3. Wilfried Zaha (9.2 dribbles/90 mins - 48% de réussite)

Premier Brésilien du Top 10, le milieu offensif de West Ham n’est pas le plus décisif, mais sa capacité à dribbler dans les petits espaces grâce à sa vivacité en font un spécialiste du genre. A l’aise avec les deux pieds, l’international auriverde est l’une des rares satisfactions des Hammers et de leurs fans, même s’il lui manque encore une certaine régularité, surtout dans la finition, pour s’affirmer comme top player en Premier League.

Ce n’est peut-être pas le nom le plus célèbre de ce Top 10. Pourtant, l’ailier allemand de Leverkusen manie parfaitement l’art du dribble. Cet adepte de la roulette a le record de dribbles tentés (23) et réussis (17) sur un match de Bundesliga ces 10 dernières saisons, face au Werder Brême le 8 février 2015. Ses coups d’éclat font régulièrement le bonheur des supporters du Bayer, même s’il n’est plus un titulaire indiscutable depuis 3 saisons.

Rapide, vif, technique, l’ailier gauche tricolore possède toute la panoplie du dribbleur. Un talent qu’il dit avoir développé dans la rue. Contrairement aux idées reçues, les chiffres montrent une efficacité certaine de la coqueluche de St James’ Park, avec un taux de réussite équivalent à Lionel Messi pour une moyenne similaire. Seule ombre au tableau : ses difficultés à être décisif dans le dernier geste, tant en buts qu’en passes décisives.

Il sait tout faire. Tout bien faire. Et le dribble n’échappe pas à la règle. Sur la dernière décennie, le Ballon d’Or en titre a d’ailleurs le record de dribbles réussis en Liga, face à Saragosse (13), le 5 mars 2011. Bien qu’il occupe désormais un poste plus axial, sa moyenne de dribbles reste sensiblement la même que lorsqu’il rendait ses adversaires fous en déboulant sur son côté. Avec toujours la même réussite.

Son talent n’a d’égal que la frustration de ne l’avoir vu s’exprimer que par intermittence. Les fans de Newcastle n’oublieront jamais ses raids chaloupés face à Bolton et Blackburn, conclus par un chef d’œuvre. Ceux de Nice se souviendront de ses 10 dribbles réussis sur 10 tentés le 15 août 2015 à Troyes, avec une prestation XXL. Ceux de Valladolid auront peut-être aussi la chance de remplir l’armoire à dribbles et à souvenirs grâce à HBA.

Souvent considéré comme faisant partie des meilleurs dribbleurs de Premier League, l’international ivoirien a aussi ses détracteurs. Ceux qui lui reprochent de trop souvent perdre le ballon derrière – statistique confirmée par le nombre de fois où il en est dépossédé. A sa décharge, il est aussi la cible n°1 de ses adversaires, lui sur qui repose en majeure partie le côté créatif et l’efficacité offensive de Crystal Palace.

Le meilleur dribbleur français des 10 dernières saisons, c’est lui. L’actuel joueur de la Fiorentina n’a pas attendu d’être au Bayern Munich pour faire montre de ses talents de en un-contre-un, déjà connus à ses débuts à Brest puis Metz. Mais c’est en Allemagne qu’il y a parfait son art, se permettant même de laisser Lionel Messi sur son postérieur lors de la victoire 4-0 du Bayern contre Barcelone en Champions League 2012/13.

Un Brésilien en tête. Quoi de plus naturel pour un peuple pour qui le dribble est l’essence même du football et qui en a fourni les plus grands inventeurs, de Pelé à Ronaldinho, en passant par Garrincha. Neymar s’inscrit dans cette lignée. Avec 11 dribbles par 90 minutes en moyenne, dont la moitié réussie, c’est une composante de base de son jeu. Un chiffre qui peut même doubler sur un match, comme lors du Barcelone-Juventus de 2016/17 (0-0) où il en a tenté 24, record sur un match de C1 sur les 10 dernières saisons. Il détient aussi le record de dribbles réussis sur un match de L1 sur la même période (14 contre Lille, le 2 novembre 2018). Un style qui en agace certains et en fait une cible permanente, comme bon nombre de dribbleurs. Surtout les plus talentueux.