Ligue 1: la LFP reprend la main et éteint l'incendie

source: rmcsport.bfmtv.com

Vitorino Hilton: "Moi, je ne me repose pas, je n’y arrive pas"

L’annonce de la création vendredi, à l’initiative de Bernard Caiazzo, d’un comité de pilotage de crise, autour des conséquences de l'épidémie de coronavirus en France, regroupant une poignée de présidents puissants de Ligue 1 a mis le feu au poudre chez quasiment tous les autres présidents de L1 et L2. Dénonçant une attitude solitaire et dénuée de tout sens démocratique, ces présidents en ont appelé à la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour, dont le téléphone a chauffé tout le week-end.

Dimanche soir, elle a d’abord tenu à écrire un mail à Bernard Caiazzo pour lui rappeler que "ce comité de pilotage n’a statutairement aucune existence et ne pourra prendre des engagements pour le compte de la Ligue". Dans son mail, elle s’étonne aussi de la "composition dite 'démocratique' du groupe de réflexion qui ne semble représenter l’ensemble des typologies des clubs".

Et ce lundi matin, elle a décidé de convoquer en urgence, par visio-conférence, un bureau de la Ligue un peu plus élargi que d’habitude avec la présence des présidents et vice-présidents des collèges de L1 et L2. Ce bureau a duré deux heures et permis d’apaiser le climat tendu. "Tout le monde a participé comme si rien ne s’était passé ce week-end", confie un membre du bureau.

Concrètement, le fameux comité de pilotage ne verra pas le jour en tant que tel. C’est le bureau de la Ligue, avec sa légitimité statutaire, qui sera l’organe de référence des réflexions pour sortir le foot français de cette crise. En introduction, la présidente Nathalie Boy de la Tour a insisté sur la solidarité et le respect les uns envers les autres dont devaient faire preuve tous les dirigeants du foot français.

Il a tout de même été décidé qu’un groupe de travail allait se pencher sur les questions de trésorerie et financement des clubs durant cette période incertaine. Ce sont les salariés de la Ligue et notamment le directeur financier Sébastien Cazali et le directeur des activité sportives Arnaud Rouger qui seront aux manettes. La DNCG viendra apporter son expertise à ce groupe de travail. Et tout remontera au bureau pour exposer à tous les membres le résultat de ces travaux.

Parmi les discussions, le calendrier, avec cette volonté unanime de terminer la saison au 30 juin ou début juillet au plus tard. La question des salaires a aussi été débattue. L’UNFP (syndicat des joueurs) et l’UCPF/Première Ligue (syndicats des clubs pro) vont se parler pour tenter de trouver un accord sur une éventuelle baisse de salaires des footballeurs.

Après l’initiative que certains ont jugé cavalière de Bernard Caiazzo ("C’est une honte", a même glissé un président de club), la Ligue a tenu à reprendre la main et montrer qu’elle est la seule entité légitime pour centraliser les débats et trouver les solutions pour aider les clubs français.

Le communiqué de la LFP:

"Réuni par téléphone ce lundi 23 mars, le Bureau du Conseil d’Administration de la LFP a étudié les conséquences sportives et économiques de la crise sanitaire. Face à une situation sans précédent, le football professionnel français a clairement montré son unité et sa solidarité.

Elargie exceptionnellement aux Présidents et Vice-Présidents des Collèges de Ligue 1 et de Ligue 2 et en présence du Président de la FFF, cette réunion de travail très constructive et productive a permis d’étudier les enjeux majeurs que rencontre le football professionnel.

En premier lieu, le Bureau a travaillé sur les différentes hypothèses de reprise d’activité. A l’unanimité, le Bureau a rappelé l’objectif prioritaire de terminer la saison au plus tard le 30 juin 2020 ou éventuellement le 15 juillet. Le Bureau soutiendra également toutes les initiatives gouvernementales qui permettront aux athlètes de haut niveau de pouvoir s’entraîner à nouveau dès que possible.

En second lieu, la réunion a porté sur la consolidation des besoins de trésorerie court-terme des clubs. Afin de dimensionner les besoins financiers du football professionnel français, les services financiers de la LFP et la DNCG centraliseront et consolideront les besoins des clubs. Dans ce contexte, le Bureau se félicite des annonces de ce jour du gouvernement pour aider les entreprises.

Par ailleurs, le Bureau souhaite que des discussions s’engagent pour adopter une position commune sur le dialogue entre les clubs et l’UNFP, qui représente les joueurs.

En matière de méthodologie, le Bureau de la LFP sera le comité de pilotage de l’ensemble des actions et réflexions engagées par le football professionnel pour faire face à cette crise. Pour se faire, il s’appuiera sur trois groupes de travail :

1- Plans et scénarios de reprise

2- Trésorerie court terme et financement

3- Dialogue social

A l’heure de la mobilisation générale, le Bureau de la LFP appelle l’ensemble des acteurs de l’écosystème du football professionnel, clubs, joueurs, entraîneurs et aussi diffuseurs à montrer son unité et sa solidarité pour traverser cette crise sans précédent."