Ligue des champions: l'OL s'offre un psychodrame avant le choc contre la Juventus

source: rmcsport.bfmtv.com

Naples-Barça: En pleine épidémie de Coronavirus, Barcelone devra se soumettre à des examens

L’OL pensait avoir préparé de la meilleure façon son 8e de finale aller de la Ligue des champions face à la Juventus Turin en s’imposant à Metz (0-2), vendredi. Mais ce premier succès lors des cinq derniers matchs de championnat (deux nuls, deux défaites) n’a pas dissipé l’amertume des supporters lyonnais. Des membres des Bad Gones se sont rendus aux abords du Groupama Stadium dimanche pour y déployer une banderole. "Méthode Coué, valeurs et identité envolées, supporters baladés… Président, où est passé notre OL?"

>> Abonnez-vous aux offres RMC Sport pour regarder Lyon-Juventus en Ligue des champions

Ils ont ensuite publié un communiqué demandant encore au président Aulas de s’occuper des "vrais responsables" de la situation du club, actuellement 7e de Ligue 1 à 7 points du podium, à savoir "le staff, les joueurs, et votre communication." Après ses multiples prises de parole ayant suivi les résultats financiers vertueux d’OL Group, Aulas a répliqué par le biais d’un communiqué en dénonçant cette fissure dans l’union sacrée demandée avant le choc face à la Juventus. 

"L’Olympique Lyonnais appelle tous les supporters à soutenir sans réserve le club comme l’a fait Dortmund et qu’il faut laisser un peu de temps à la direction sportive dirigée par Juninho pour qu’elle aboutisse et ainsi rivaliser avec le PSG", a invité le club. L’histoire ne s’est pas arrêtée là puisque les supporters se sont aussi invités à l’entraînement, dimanche, pour discuter avec les joueurs et le staff. La rencontre était prévue par le club mais était attendue la veille. Elle a finalement eu lieu un jour plus tard. Rudi Garcia et Léo Dubois ont notamment répondu aux griefs de leurs fans. Ce qui a crispé les dirigeants lyonnais.

"Il y a de l’inquiétude à voir les supporters réagir de cette façon, a regretté Aulas dans Le Progrès. On a tout préparé pour que les joueurs arrivent gonflés à bloc cette semaine, mais c’est comme avec les enfants, si vous leur mettez des baffes ou les menacez, ils ne pourront pas donner le meilleur d’eux-mêmes."

Juninho, directeur sportif, s’est aussi exprimé dans plusieurs médias. Avec mesure, en rappelant le contexte lyonnais exigeant mais aussi en invitant à un peu de retenue auprès des joueurs. "D’un côté, je peux comprendre leur insatisfaction car nos résultats et notre classement en championnat ne correspondent pas à ce que l’on souhaite, mais on vient de gagner à Metz juste avant un match très important face à la Juve, a-t-il rappelé. Ce n’était pas le moment idéal."

A l’inverse d’Aulas, qui défend mordicus la qualité du jeu, les résultats et le travail de Rudi Garcia, Juninho reconnaît les difficultés des joueurs, la personnalité moins passionnée de certains et le manque de leaders naturels. Sans oublier de les défendre. "On a une équipe très irrégulière, mais on n’a ni méchants ni voyous dans l’effectif, conclut-il. Ils ont 24, 25 ans en moyenne, n’ont pas gagné beaucoup de titres, et manquent un peu de la culture qui a existé à l’OL quand j’y ai joué."