Racisme dans les stades: "Je me sens totalement seul", le terrible constat de Rüdiger

source: rmcsport.bfmtv.com

Arsenal: Arteta met la pression pour garder Aubameyang

Les affaires de racisme se multiplient dans le monde du football. Si le dernier exemple en date est celui de Moussa Marega, excédé et quittant le terrain face à Guimaraes, Antonio Rüdiger a connu lui aussi les mêmes insultes racistes lors d'une rencontre face à Tottenham fin décembre dernier. Plusieurs semaines après les faits, le défenseur allemand n'a toujours pas digéré.

Alors qu'il vient d'être papa pour la première fois, Antonio Rüdiger est revenu, avec fatalisme, sur les cris racistes de certains fans de Tottenham. "Si vous me huez à cause de cela, alors vous êtes des pauvres personnes. Je suis désolé, c'est un signe que nous avons un très gros problème. C'est triste", est revenu pour la première fois le joueur de 26 ans dans les médias anglais plusieurs semaines après les faits. A la fin de la journée, je suis seul dans ce cas parce que c'est moi qui dois avaler ça. Cela me donne l'impression que ce sera toujours comme ça. Pour moi, dans ce cas, le racisme a gagné."

Si le joueur de Chelsea avait immédiatement demandé des sanctions, la police a clos son enquête depuis faute d'avoir trouvé des preuves de racisme. "Je suis très prudent avec les enquêtes. Je ne suis pas policier. Je ne veux pas dire qu'ils ont mal fait leur travail parce que je ne suis pas en mesure de le faire. J'espère qu'ils ont tout essayé et que les gens font toujours leur travail correctement, a regretté à demi-mot Antonio Rüdiger. Il ne s'est rien passé et pour être honnête, ce n'est pas une surprise. Ces gens doivent être punis. Ils ont besoin d'être éduqués. C'est un manque d'éducation. Nous avons tous échoué dans ce domaine, même les médias."

Les cas se sont multipliés ces dernières semaines, que ce soit en Italie à l'encontre de Blaise Matuidi ou Romelu Lukaku ou au Portugal plus récemment avec Moussa Marega. Des cas médiatiques qui mettent en avant un problème qui dépasse le simple cadre du football. "Je n'essaie pas d'offenser. Mais vous ne comprendrez jamais ce qui me vient à l'esprit dans ces moments, revient encore Rüdiger. Ou dans l'esprit des autres joueurs noirs. Je suis seul, totalement seul. C'est bien si les gens parlent pour moi mais, en fin de compte, cela va recommencer."