Vitorino Hilton: "Moi, je ne me repose pas, je n’y arrive pas"

source: rmcsport.bfmtv.com

LFP: le bureau réuni en urgence face à un début de crise entre clubs

Ce n’est pas évident de rester à la maison sans rien faire. Je fais du sport quasiment toute la journée pour passer le temps. J’essaye de garder la forme car ce n’est pas évident.

Le matin, je fais un footing car j’ai la chance d’avoir un tapis de course à la maison. Et l’après-midi, je fais un peu de la musculation et des ateliers d’abdos, de renforcement. Ensuite, on se met en famille devant la télé pour regarder les informations, puis un film ou une série.

C’est long par moments. Les deux premiers jours ont été un peu compliqués. Je fais du sport avec mon épouse, cela passe mieux. Car si tu fais du sport tout seul, ce n’est pas évident. Il faut un mental de malade. Mais bon, les journées se ressemblent toutes, on essaye un peu de changer.

Oui, il nous avait envoyé un programme pour une semaine car on devait reprendre aujourd’hui (ce lundi). Il va donc nous en envoyer un nouveau. Aujourd’hui c’était repos, on reprend demain (ce mardi). Mais moi, je me repose pas, je n’y arrive pas. On respecte son programme car pour le moment on ne sait pas quand on va reprendre les entraînements. Je pense que cette situation va durer encore longtemps. Donc on doit garder la forme pour qu'on ne soit pas trop pénalisé physiquement quand le championnat reprendra. Mais pour le moment, le plus important, c’est de rester chez soi. Et s’il faut rester plus longtemps à la maison, on va le faire, car le plus important, c’est la santé.

Ils ont pris des mesures plus rapidement qu’en France en fermant très vite les écoles. Après, je dis à la famille d’être extrêmement prudente. Malgré les challenges qui circulent, ce virus, c’est sérieux. Je les mets en garde. Je leur demande de bien rester à la maison. Ici, les gens n’ont pas compris au départ que c’était sérieux, ils allaient à la plage au début du confinement. Il faut se protéger, rester chez soi. Il faut respecter ça.

J’espère que non. Je me sens très bien. J’ai envie de faire une dernière saison, si le club l’accepte. Oui, une dernière saison, promis. On parlera en fin de saison pour voir si mon souhait et le souhait du club s’accordent. Mais oui, je le répète, si je prolonge, ça sera ma dernière saison. Mon corps est capable de tenir le choc.